L'Hérault un des départements les plus écolos selon l'hebdomadaire La vie

Agrandir le texteRéduire le texteImprimer

22-10-2015 7 h 20

Invité : Aurélien Cula.

Sujet : L'Hérault un des départements les plus écolos selon l'hebdomadaire La vie. Journaliste : Damien Triumph.

Et nous parlons avec Damien également d'écologie ce matin euh... Damien la région vient d'avoir un très bon résultat, on n'est pas la région qui est... évidemment la plus écolo mais l'Hérault est le 2ème département le plus écolo de France, en tous cas d'après le classement réalisé par l'hebdomadaire La vie en partenariat avec FB et on en parle. Le top c'est la Gironde, 3ème les Côtes d'Armor, 2ème l'Hérault.

Bonjour Aurélien Cula.

« Bonjour. »

Ca veut dire quoi être un département écolo ?

« Etre un département écolo ça peut vouloir dire beaucoup de choses. Nous, ce qu'on essaye de mesurer c'est en même temps le patrimoine naturel du département et puis disons la fibre écologiste locale, la manière qu'ont les élus locaux, les associations, les particuliers, la société civile, de faire attention au patrimoine naturel, d'entretenir les richesses naturelles et puis de fabriquer aussi un vivre ensemble respectueux de l'environnement. »

Et qu'est-ce qui vaut au département de l'Hérault cette 2ème place dans votre classement ?

« Sur les 6 critères qu'on a sélectionné pour établir notre classement l'Hérault s'en sort bien dans tous les domaines. C'est-à-dire qu'il y a pas vraiment de gros pointe noirs. On a d'un côté énormément par exemple de circuits courts, il y a énormément de ventes à la ferme, directes sur les marché. Là on a quelque chose qui échappe aux élus, qui est du domaine de l'économie et des citoyens. Par contre sur des choses un peu plus politiques comme la mise en oeuvre de l'agenda 21 qui est une sorte de boite à outils à la
disposition des élus locaux pour mettre en valeur les initiatives autour du développement durable là on a une vraie volonté locale, on a un volontarisme qui se traduit dans les chiffres par énormément de projets soutenus par les municipalités, par les petites comme par les grandes, pour la mise en place de jardins partagés, pour la rénovation énergétique de bâtiments publics, voilà, où là on a vraiment une action des élus locaux. »

Et sur quels points il faudrait s'améliorer ?

« Alors les points faibles pour l'instant qu'on a identifié c'est la qualité de l'air, avec... on a pas mal de pollution au niveau de l'agglomération de Montpellier, ça c'est une constante et ça s'améliore pas, c'est même moins bien cette année que l'année dernière. Ce qui explique notamment que le département soit deuxième et pas premier. Et puis la qualité de l'eau aussi est un peu problématique au niveau des eaux de baignade sur le littoral. C'est pas toujours... pas toujours parfait. Et puis voilà on a aussi des pollutions au phosphate, on a des pollutions d'origine agricole liées au fait qu'on a... voilà... des conditions [incompréhensible] du département, le fait qu'il y ait beaucoup d'érosion, beaucoup de... de circulation des eaux voilà... On l'a vu aussi avec les inondations récemment. On a un milieu... naturel qui est assez fragile surtout au niveau des milieux aquatiques et donc ça se ressent dans la qualité de l'eau dès qu'on met... quelques produits dans les champs ça se retrouve très rapidement dans les cours d'eau. »

Merci Aurélien Cula d'avoir répondu à nos questions ce matin. Je rappelle que vous êtes journaliste à la Vie et que vous avez participé à la réalisation du palmarès 2015 de l'écologie. Bonne journée à vous.

« Merci à vous aussi et bonne journée. »