Dans le cadre d’une politique active et volontariste, le Département met tout en œuvre pour préserver et mettre en valeur ses espaces naturels au travers notamment de son action en matière de défense des forêts contre les incendies. Il se dote d’un nouvel outil numérique. 

Sapeurs_Forestiers-in.jpg

Le réseau radio : le lien opérationnel entre tous les acteurs

Grâce à une couverture radio sur l’ensemble du périmètre géographique d’intervention, le dispositif radio transmission constitue un élément essentiel à l’efficacité opérationnelle en matière de DFCI.
Ce réseau radio répond à deux  enjeux : la communication avec l’ensemble des partenaires du réseau préventif de surveillance estivale, et la géolocalisation des véhicules forestiers sapeurs. Tous les véhicules de patrouille sont aujourd’hui équipés de GPS embarqués. 

Ce matériel permet la géolocalisation rapide et précise des départs d’incendies et de mobiliser rapidement les moyens nécessaires. Ainsi, les forestiers-sapeurs sont primo-intervenants sur 90% des départs de feux de forêt avec un délai d’intervention moyen de 8 minutes permettant de limiter la propagation des feux de forêt.
Le réseau radio permet également d’assurer la sécurité des forestiers-sapeurs sur le terrain.

Zoom sur la genèse du projet réseau radio numérique 

Jusqu’à aujourd’hui, les forestiers-sapeurs utilisaient un réseau analogique (80 Mhz) doté de 5 relais. L’arrivée de la technologie numérique (150Mhz) permet une efficacité opérationnelle plus optimale.

L’exécutif départemental a donc opté pour le déploiement d’un réseau numérique privé sécurisé présentant les avantages suivants :
  • maîtrise d’ouvrage départementale ;
  • facilité en matière d’exploitation et faible coût d’entretien ;
  • augmentation du niveau de service ;
  • possibilité d’interaction avec d’autres réseaux numériques via des clés d’activation. 

Le coût de l’opération s’est élevé à 500 000 € TTC. 

Le rôle des gestionnaires radio transmission 

Deux gestionnaires radio transmission, agents du Département, sont chargés de la gestion et la maintenance des installations et équipements de radio. Basés à Béziers, ils disposent, outres les équipements radio et relais, de deux véhicules d’intervention (assistance radio).

Le gestionnaire radio est responsable de la fluidité du réseau radio. A ce titre, il assure le lien entre les agents sur le terrain et le cadre forestier sapeur au sein du PCRR (poste de commandement de renforcement des risques) situé au SDIS. Celui-ci organise, coordonne et assure le suivi et la direction des opérations en cas d’intervention. 
Ils assurent une permanence durant toute la saison estivale afin d’apporter une réponse immédiate à tous types de problèmes rencontrés dans le fonctionnement du dispositif radio numérique.

Le travail remarquable des forestiers-sapeurs

Depuis plus de 40 ans, les forestiers-sapeurs œuvrent pour la préservation de la forêt méditerranéenne ; l’hiver, ils entretiennent et débroussaillent les pistes DFCI ; l’été, ils participent à la surveillance, l’alerte et la première intervention sur les départs de feux.

Pendant dix semaines couvrant les mois de juillet et août, ils sont intégrés à l’ordre d’opération départementale feux de forêts, document élaboré et transmis pour application par les services du Préfet. Il s’agit d’un cadre qui fixe l’intervention de chacun des partenaires (SDIS, ONF, DDTM, CCFF) du dispositif forestier de surveillance, d’alerte et de prévention des incendies de forêt.

Le réseau radio numérique en chiffres

Le réseau radio numérique du Département de l’Hérault est composé de :
10 sites relais radios (essentiellement positionnés sur les tours de guet) – réseau bouclé
1 poste opérateur phonie/localisation au PMO de Béziers : le site de Béziers constitue le cœur névralgique du système radio
1 poste opérateur phonie/localisation au PR de Vailhauquès : l’accès déporté au centre opérationnel
> 50 terminaux radio numérique
> 4 terminaux radio numérique portatifs
> Et toujours :
  • 115 forestiers sapeurs ;
  • 20120 km de pistes DFCI ;
  • 230 citernes ;
  • 17 tours de guet
  • 1 piste d’atterrissage ;
  • 50 véhicules de patrouilles armés ;
  • Et pour 2017 : 
> 267 interventions sur départs de feu ;
> 262 missions de reconnaissance.
> Primo intervenant sur 90 % des départs de feu 
> Délai d’intervention moyen de 8 minutes.