Indira Fabre, chercheuse en chimie, est la seule femme d’Occitanie à avoir été récompensée par la fondation L’Oréal pour son parcours exemplaire dans la recherche.

FABRE-Indira-portrait-cFondation-LOreal-in.jpg

Originaire de Thézan-les-Béziers, Indira Fabre fait partie des femmes qui feront la science de demain. Cette jeune héraultaise âgée d’à peine 25 ans est doctorante à l’Ecole Normale Supérieure ainsi qu’à l’Institut de Recherche de Chimie de Paris.  Elle a été récompensée par la Fondation L’Oréal dans le cadre de l’évènement grand public « Génération Jeunes Chercheuses ». Unique lauréate de la région Occitanie, elle a été choisie parmi 1000 jeunes chercheuses et fait partie des 30 jeunes femmes au parcours d’excellence pour rejoindre la communauté des 2530 chercheuses récompensées dans le monde par le programme international de bourses L’Oréal- UNESCO «Pour les femmes et la science ».

Avec seulement 28 % de femmes chercheurs dans le monde, et 3 % concernées par des Prix Nobels, la contribution des femmes au progrès et à la science est trop souvent passé sous silence. Indira axe ses travaux de recherche sur une approche pluridisciplinaire pour développer des réactions chimiques sans métal et solutions toxiques , et générant peu de déchets. « Je me consacre à un travail de recherche sur de nouvelles méthodes qui permettent de fabriquer des molécules pour tester les médicaments. Dans ce cadre, je me concentre sur ce que l’on appelle « la chimie verte », une chimie peu coûteuse en énergie, non toxique, avec des produits recyclables. Par exemple, j’utilise le cuivre à la place du paladium pour développer de nouvelles réactions chimiques. Et j’essaie de développer ces recherches dans l’eau plutôt que dans un solvant toxique et difficile à retraiter.  Cette bourse de 15 000 € attribuée à chaque lauréate constitue une vraie reconnaissance du travail des femmes dans le domaine de la science. Je voudrais dire aux jeunes générations que l’on peut être femme, avoir la vocation et réussir dans ce domaine. La recherche, ce n’est pas le travail du chercheur dans son coin, mais c’est un formidable travail collaboratif et en équipe. C’est ce qui rend aussi ce métier passionnant ! ».