Régis Maruéjouls en est convaincu : « il n’y a pas d’âge pour sauver des vies » !

Professeur de technologie au Collège du Salagou de Clermont l’Hérault, il anime des séances de « sensibilisation aux gestes qui sauvent » auprès des élèves de 4ème : « Quand on voit les infos à la télé, les attentats dans les salles de concert, on se demande comment on aurait réagi si on avait été là. Je ne sais pas si j’aurais su faire quelque chose », nous confie Louann, 15 ans. Contre l’angoisse de ne pas savoir bien faire, M. Maruéjouls se veut rassurant : « Entraînez-vous ! Répétez les gestes encore et encore, entre vous, en famille. Ce n’est qu’en connaissant les gestes par cœur que vous saurez les appliquer en situation de stress. Et rappelez-vous qu’on ne vous reprochera jamais d’être intervenu ! »

Des automatismes bien acquis pour Anaïs, Haythan et Louann 

Les enfants, qui ont déjà suivi une formation en 6ème et réalisent des exercices de confinement deux fois par an, sont à l’aise avec les numéros d’appels d’urgence et les sigles : la PLS (Position Latérale de Sécurité), la RCP (Réanimation Cardio-Pulmonaire), et les DAE (Défibrillateurs Automatisés Externes) n’ont plus de secret pour eux. Mais comme tous les ados, cela devient plus compliqué quand il s’agit de toucher son partenaire ! Heureusement, M. Maruéjouls a apporté des mannequins et les enfants s’entraînent pendant de longues minutes à compresser correctement le sternum avec les paumes de leurs mains. Mettre la victime en sécurité, alerter les secours et savoir prodiguer les premiers soins peut augmenter de 40% les chances de survie. Il n’y a donc pas d’hésitation à avoir ! Le professeur insiste : « Face à un accident, c’est une question de civisme, un, on prévient, deux, on intervient ! »

Staying Alive, l’application pour mobile in-dis-pen-sable !

Dans le cadre de ces séances de sensibilisation, M. Maruéjouls a travaillé avec ses élèves sur l’application Staying Alive. Une application gratuite qui rappelle les gestes qui sauvent et indique les défibrillateurs les plus proches. « Nous nous sommes rendus compte que la cartographie des défibrillateurs dans l’Hérault n’était pas à jour. 2500 défibrillateurs y sont comptabilisés mais beaucoup d’entre eux ne sont pas localisés au bon endroit ; d’autres sont comptés deux fois… Nous avons donc fait un gros travail de recensement et avons partagé cette bonne pratique avec les autres collèges de l’Hérault. Mais tout le monde devrait s’y mettre ! Signaler un nouveau défibrillateur ne prend que quelques secondes et cela peut sauver une vie ! »

Téléchargez l’application Staying Alive : www.stayingalive.org

Les élèves ont réalisé une petite vidéo pour parler de leur projet