Basée à Saint-Jean-de-Fos, Oyas environnement, seule société dans ce créneau en Europe, écoule chaque mois, 2 500 pots en céramique poreux à enterrer au pied des plantations qui boivent quand elles ont soif.  L’idée fait économiser l’eau et relance un savoir-faire ancestral. Un CFA est même à l’étude.

oyas3.jpg - © C. Cambon / Dpt 34 / 17 juin 2016
Photo : C. Cambon / Dpt 34 / 17 juin 2016
Oyas : quatre lettres qui suintent un doux parfum d’Antiquité d’où cette jarre d’argile poreuse provient.  L’entreprise éponyme installée depuis deux ans à Saint-Jean-de-Fos a relancé cette vieille nouveauté.

Saint-Jean-de-Fos est terre de tradition potière. A deux  pas de là, le site d’Argileum, Maison des potiers accueille d’ailleurs  8 000 visiteurs par an, depuis son ouverture en 2011 où le Département a investi 589 029 € et prévoit de d’améliorer éclairage public, mise en sécurité des chaussée, etc.

Oyas environnement fabrique ces pots, baptisés oyas (de olla, marmite en espagnol) , réalisés et décorés à la main par des potiers qui perpétuent un savoir-faire ancestral et qui permet d’arroser à votre place.

Le succès est au rendez-vous de cette idée simple à vocation écologique et éthique autour d’un savoir-faire local. Bastien Noël et Frédéric Bidault étaient tous les deux directeurs d’établissements sociaux. Ils ont intégré un collectif,  «Scopitex», oeuvrant pour la création d’entreprises socialement responsables : Oyas en est leur première pépite.

Passionné, Bastien Noël  explique : « Nous avons eu le déclic en voyant que le Maroc utilise ces ancestrales oyas dont il existe des traces en Chine vieilles de 4 000 ans comme système d’irrigation bien plus efficace que les tuyaux d’arrosage en plastique. Ces pots en céramique microporeuse s’enterrent près des arbres et plantations et diffusent lentement l’eau qui leur est nécessaire. C’est aussi un geste écolo qui permet d’économiser de 50 % à 70 % d’eau. »

Depuis son installation, l’entreprise redynamise le secteur : sa croissance grimpe en flèche. Plus de 20 000 unités se sont déjà vendues partout en Europe (beaucoup via internet !).

« En moyenne, nous vendons 2500 exemplaires par mois. Nous pensions nous adresser à un marché local. Particuliers, collectivités locales, etc. réclament nos pièces dans toute la France et même en Europe. Nous sommes la seule à produire ces pots dans l’Union européenne! Nous espérons multiplier la production par deux et embaucher. » Accompagnés par la Pépinière d’entreprises du pays Coeur d'Hérault, les deux créateurs ont été récompensés par le prix de la TPE 2015.

Pour poursuivre leur développement, ils ont besoin de nouveaux potiers. Or, il n’existe que peu de lieux de formation en France. Bastien Noël et Frédéric Bidault rêvent d’un CFA à Saint-Jean-de-Fos. Kléber Mesquida s’est dit prêt à étudier ce projet avec eux, en lien avec la Région. Pour ajouter une dernière lettre aux oyas, la plus belle, un S, comme succès. OS

oyas2.jpg
17 juin 2016 : À Saint-Jean-de-Fos, Kléber Mesquida, président du Département de l'Hérault, député, visite Argileum, la maison des potiers et l'atelier Oyas. En compagnie de Guy-Charles Aguilar, maire de Saint-Jean-de-Fos, Nicole Morere, vice-présidente du Département, Louis Villaret, conseiller départemental et président de la communauté de communes, Frédéric Roig, député, et Philippe Vidal, vice-président du Département. Photo : C. Cambon/ Dpt 34 / 17-06-2016