Le Conseil général de l’Hérault reçoit le 1er prix du concours national "Infrastructures pour la Mobilité et la Biodiversité" 2014

Dans le cadre du 2ème Congrès de l’IDDRIM (Institut des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité) qui s’est déroulé du 7 au 9 octobre 2014 à Lyon, le Département de l’Hérault a reçu le 1er prix du 5ème concours national « Infrastructures pour la Mobilité et la Biodiversité » organisé par l’IDDRIM, dans la catégorie "Sensibilisation et communication".

Ce prix récompense la politique volontariste et ambitieuse de Management Durable des Activités Routières (MDAR) menée par le Président du Conseil général de l’Hérault, André Vezinhet.

En effet, à l’occasion de la mise en place de la démarche "Route Durable" par le Département, il était apparu nécessaire de dispenser des formations à l’environnement à l’ensemble des personnels routiers (500 agents au total), en allant du cadre jusqu'à l'agent de terrain.

Ce projet pédagogique de grande ampleur a été mis en place en partenariat avec le Conservatoire d'Espaces Naturels Languedoc-Roussillon (CEN LR), l'Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), la DDTM 34 et l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME).

Déclinées et adaptées en fonction des différents métiers de la route, les journées de sensibilisation se sont déclinées comme suit :

  • un module "Connaissance de la biodiversité", animé par le CEN-LR,
  • un module "Prise en compte des zones humides", animé par les services de l’Etat (ONEMA et DDTM), en partenariat avec les syndicats ou structures locales de gestion de l'eau,
  • des formations opérationnelles sur les déchets de chantiers, en collaboration avec l'ADEME,
  • des rappels sur les doctrines internes en lien avec la démarche « Route Durable » (biodiversité, bruit, mesures compensatoires, techniques routières alternative…).

 

Appliquée à tout nouveau projet routier depuis 2010, la démarche "Route Durable" mise en œuvre par le Conseil général de l’Hérault a pour objectif de satisfaire les besoins de déplacements des usagers de plus en plus nombreux, en limitant l’impact des travaux et des infrastructures sur l’environnement, en respectant les territoires traversés, et en incluant un accompagnement paysager de qualité. Que ce soit du point de vue de la conception ou de la construction des infrastructures routières, de l’entretien ou de l’exploitation du réseau, l’objectif est d’aboutir à des aménagements respectueux des composantes fondamentales du développement durable, à savoir des projets à la fois économiquement efficaces, socialement équitables et écologiquement tolérables.