Telle est la question posée par notre journal ce mois-ci...

Que du beau monde. En février 2014, une trentaine de grands patrons étrangers avaient rendez-vous à l'Élysée à l'occasion d'un "Conseil de l'attractivité" : Volvo, Bosch, Nestlé… et aussi des fonds d'investissement du Koweït, du Qatar et de Chine. Objectif de notre gouvernement : augmenter de 40 % le nombre d’investissements étrangers d’ici à 2017. Une initiative saluée par Pierre Guiraud, vice-président délégué à l’aménagement et l’économie des territoires : "C’est à la fois une nécessité économique pour la création d’emplois, mais aussi la reconnaissance du retentissement mondial de ce que représente notre pays."

Une attractivité en perte de vitesse

Aujourd’hui, les 20 000 entreprises étrangères et leurs filiales installées en France emploient deux millions de salariés. Elles sont à l’origine de plus d’un tiers des exportations françaises. General Electric, par exemple, emploie 11 000 salariés en France et exporte entre 70 % à 95 % de sa production française. Mais voilà. En 2012, les implantations internationales ont chuté de 13 %. En cause : le coût du travail, sa productivité et la fiscalité des entreprises. Faut-il pour autant s’en alarmer ? Le débat est ouvert sur herault.fr

Venez participer au débat en cliquant ci-dessous !

debat-avril-2014.jpg